Retour sur la participation d’Irokko à la COP25

Auteur : L'équipe Irokko

Du 9 au 13 décembre, Irokko a pris part à la 25e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP25) à Madrid.

Retour sur la cop25 madrid

Cet événement se tient alors qu’il existe des dissensions importantes entre les gouvernements sur la mise en œuvre de l’accord de Paris. Dans ce contexte, les États sont parvenus à un “accord” peu ambitieux dans la mesure où les pays sont invités à présenter à la COP26 à Londres des objectifs de réductions plus élevés. Les enjeux liés à la règlementation des marchés carbonés internationaux n’ont pu faire l’objet d’engagement.

Le constat général est que très peu d’États sont encore prêts à parier sur l’avenir au détriment de la croissance du PIB à court terme. Il est pourtant avéré que la transition qu’impose la crise climatique est créatrice de richesses avec le développement d’économies durables.

Arrimer développement économique et transition écologique

Les COP de ces dernières années sont marquées par des oppositions entre les États-Unis, le Brésil et l’Australie, les pays de l’Union européenne (bien qu’il n’y ait pas toujours une position commune) et les pays en voie de développement. Ces derniers exigent à juste titre l’arrimage entre développement et lutte contre les changements climatiques d’une part et d’autres part un engagement effectif des pays pollueurs à contribuer financièrement à la transition écologique.

La société civile à l’avant-garde des initiatives

À l’occasion de cette deuxième participation à la COP, nous avons noté les efforts de la société civile. Tout comme certaines initiatives privées résolument tournées vers l’économie durable. Toutefois, l’engagement de la société civile a peu de poids, car seuls les États sont décisionnaires à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. Ce constat d’impuissance est difficile à accepter dans le contexte actuel. Le temps de réaction des États est en décalage avec les enjeux actuels et cela doit nous amener à aller au delà de la contestation. Chez Irokko, nous pensons fermement que nous sommes 7 milliards de solutions face aux changements climatiques. De là l’idée que les citoyens et les entreprises responsables occupent toute la place qui est la leur. C’est-à-dire en menant à terme des initiatives qui sont caractérisées par des actions locales à portée globale.

Irokko et la Démocratie 4.0 en faveur du climat

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques est, selon nous, une excellente opportunité d’échange avec tous les acteurs concernés par la crise climatique. En particulier les dirigeants qui sont plus accessibles et à l’écoute.

À Madrid, nous avons eu l’occasion d’organiser un événement parallèle au Pavillon de l’OIF. La thématique était «Démocratie 4.0 et changement climatique». Notre ambition était de faire de l’application Irokko un puissant levier d’action des citoyens et des entreprises responsables en faveur du climat et par le fait même répondre à certains enjeux technologiques et scientifiques essentiels à la lutte contre les changements climatiques.

Enfin, notre participation à la COP25 nous a permis discuter d’Irokko avec plusieurs délégations de pays et d’organisations internationales. Nous avons quitté la conférence avec le sentiment que le leadership individuel et celui des entreprises responsables devaient être valorisés, car nous sommes 7 milliards de solutions!

Commentaires